Prochain café débat InCOGnu : "C'est bien connu l'aphasique communique mieux qu'il ne parle!"

Publié le 22 janvier 2016 Mis à jour le 24 mars 2017
le 3 février 2016
19h
O Boudu Pont, 1 rue de la République, métro St. Cyprien

Aphasie et handicap de communication : entre approches cognitivo-linguistique et psychosociale. 

Par Lola DANET, orthophoniste et docteur en neurosciences (Service de neurologie CHU Purpan & Inserm U1214 TONIC)


L’aphasie est un trouble du langage provoqué par une lésion cérébrale le plus souvent dans l’hémisphère gauche. Le langage peut être altéré dans ses deux versants : expression et compréhension, et dans ses deux modalités : orale et écrite.

Cet outil qu’est le langage permet à l’individu d’interagir avec les autres selon un code commun. Dans l’aphasie c’est ce code qui est perturbé. La personne aphasique ne sait plus s’en servir pour transmettre un message : un mot pour un autre, un son pour un autre, des mots désorganisés. Le langage est alors réduit, laborieux, douloureux.

Mais l’aphasie n’est pas figée, elle évolue parce que le cerveau évolue après la lésion et la personne aphasique va être amenée à communiquer autrement. La rééducation orthophonique s’appuie sur la plasticité cérébrale et permet une optimisation de la communication par la mise en place de stratégies cognitives compensatoires efficaces dont l’ultime objectif est de diminuer le retentissement du handicap au quotidien.

Affiche en pdf

Plus d'informations, sur le site de l'association InCOGnu