Accueil > Manifestations scientifiques > Séminaires/Journées d'étude

Séminaire Octogone-Lordat : Laury Garnier & Rafeu Sichel-Bazin

le 5 mai 2017
14h

logo_OLordat.png

logo_OLordat.png












14h  "Analyse perceptive de la constituance du phrasé prosodique en français" Laury Garnier (doctorante Octogone-Lordat & CLLE-ERSS) 

15h "Corrélats acoustiques de la structure métrique du français" Rafeu Sichel-Bazin (post-doc Octogone-Lordat)



Résumés

Analyse perceptive de la constituance du phrasé prosodique en français (Laury Garnier) :
Les indices prosodiques, tels que les proéminences et les frontières, segmentent le flux de parole en groupes de mots pour ainsi faciliter la compréhension du message ; c’est ce qu’on appelle le phrasé prosodique. Là intervient alors le lien entre la prosodie et d’autres niveaux linguistiques, notamment le niveau syntaxique. Un certain nombre de travaux se sont intéressés au lien à établir entre la structure prosodique et la structure syntaxique. Au-delà de la question de la correspondance entre ces deux domaines, il apparaît difficile de trouver un consensus sur la manière dont la structure prosodique est « découpée » en constituants prosodiques. Plus précisément, des questions se posent sur le choix des niveaux de constituance mais également sur les règles de formation de ces groupes prosodiques. Ce manque de consensus apparaît plus spécifiquement dans l’étude du phrasé prosodique en français où, contrairement à la plupart des autres langues, seuls deux niveaux de constituance sont envisagés : le syntagme accentuel et le syntagme intonatif. Egalement, le français a longtemps été considéré comme une « langue sans accent » où la frontière prosodique se superpose à l’accent final de groupe au point de faire disparaître perceptivement le phénomène accentuel. Les rôles et fonctions des indices accentuels dans la structuration prosodique restent donc encore aujourd’hui mal établis.
L’objectif de notre travail est donc d’explorer l’organisation du phrasé prosodique en français via, notamment, une étude perceptive. Sur la base d’un corpus de parole contrôlée manipulant des structures syntaxiques ambiguës, 80 participants ont effectué 3 tâches de perception : proéminence, frontière et groupement. Nos résultats montrent une utilisation privilégiée des indices de frontières dans le marquage des groupes prosodiques. Plus précisément, on observe que les auditeurs sont capables de percevoir des niveaux de granularité de frontières plus fins que ce que les descriptions traditionnelles du français prédisent. Par ailleurs, les résultats de la tâche de proéminence montrent non seulement une nette dissociation entre frontière et proéminence, mais aussi un accent initial perçu aussi fort, voire plus fort, que l’accent final, et ce dès les niveaux les plus bas de la hiérarchie prosodique.



Lieu(x) :
MdR, salle F422

 

Vers page d'accueil de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

 

 

Unité de Recherche Interdisplinaire Octogone-Lordat EA4156

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page