Accueil > Thèses/HDR > Thèses soutenues

Soutenance de thèse : Carine De Martin "Effet de l'apprentissage systématique de l'écrit sur l'acquisition de la langue orale en L2: cas du français appris par des enfants marocains au Maroc"

le 15 novembre 2013
9h

Composition du jury :
Nathalie AUGER (PR Université de Montpellier 3-Paul Valéry) : rapporteur
Mostafa BOUANANI (PR Université sidi Mohamed ben Abdellah 
F.L.S.H-Dher Elmehrez- Fès) : président
Jean-François CAMPS (MCF Université de Toulouse 2-Le Mirail) : directeur
Jean-Emile GOMBERT (PR, Université de Rennes 2) : rapporteur
Nathalie SPANGHERO-GAILLARD (PR Université de Toulouse 2-Le Mirail) : directeur

Résumé :
Ce travail de recherche interlangue arabe-français s’inscrit à la croisée de la psycholinguistique, la psychologie cognitive et la didactique. Il a pour terrain le Maroc, pays polyglossique, et plus particulièrement Agadir. C’est pourquoi, il est important de préciser que par « langue arabe » nous ferons référence à l’arabe dialectal, langue première de la population testée, désignée aussi par « le marocain ». Notre étude s’attache à déterminer dans quelle mesure et avec quelle importance, l’apprentissage de la lecture en français (L2) intervient dans le développement de la perception et de la prononciation de cette même langue. Nous supposons en effet que les connaissances orthographiques et phonologiques, acquises par le biais de la lecture, permettraient de rendre plus saillantes certaines représentations phonologiques de la langue cible. Nous étudions cette hypothèse en nous appuyant sur l’acquisition de deux phonèmes [e] et [y] du français, absents du système phonologique de l’arabe dialectal et source de difficultés pour le locuteur marocain. Afin de vérifier combien la maîtrise des correspondances grapho-phonologiques contribue à l’amélioration de la qualité du système phonologique de cette même langue, nous avons mené une étude longitudinale sur une année scolaire avec des enfants arabophones marocains apprenant le français écrit au Maroc. L’évolution de leurs performances orales en français a été comparée à celle d’un groupe contrôle d’enfants marocains ne suivant aucun apprentissage de l’écrit en français L2, et à un groupe contrôle d’enfants français scolarisés en France. Nous avons mis en place un protocole d’évaluation des compétences orales en français à partir de tâches de conscience phonologique (tests d’orthophonie validés), de perception, de prononciation et de lecture. Un questionnaire a également été distribué aux parents afin de nous renseigner sur l’environnement linguistique des enfants testés. L’analyse des résultats indique que l’apprentissage de la lecture en L2 entraîne la consolidation des conversions grapho-phonologiques, ce qui permet aux enfants de disposer de catégories phonémiques mieux définies, et par conséquent de mieux percevoir et prononcer des sons absents du système phonologique de leur langue première.

Mots clés : Apprentissage de la lecture - Perception des sons – Prononciation – Voyelles du français – Didactique cognitive – Public arabophone – Conscience phonologique – Etude longitudinale.

Lieu(x) :
MdR, salle D29

 

Vers page d'accueil de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

 

 

Unité de Recherche Interdisplinaire Octogone-Lordat EA4156

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page