Accueil > Thèses/HDR > Thèses soutenues

Soutenance de thèse : Céline Combes "Etude du coût cognitif de l'écriture SMS chez les adolescents"

le 19 mai 2014
9h


Jury
:
Josie BERNICOT (PR Université de Poitiers)
Ludovic FERRAND (DR CNRS Université de Clermont-Ferrand),
Fabien LIENARD (MCF HDR, Université du Havre),
Olga VOLCKAERT-LEGRIER (MCF Université Toulouse 2 – Le Mirail) : co-directeur de thèse
Pierre LARGY, (PR Université Toulouse 2 – Le Mirail) : directeur de thèse


Résumé :
Le SMS (Short Message Service) a fêté ses vingt ans en décembre 2012. Ce mode de communication présente des contraintes techniques (e.g., taille de l’écran et du clavier) qui ont favorisé la création d’une nouvelle forme d’écriture. Cet écrit numérique offre la possibilité d’analyser de façon originale les processus généraux de la production écrite. En effet, la production écrite conventionnelle est étudiée depuis une trentaine d’années, principalement au travers d’approches cognitives et psycholinguistiques. La modélisation de l’activité de production écrite, tant chez l’adulte expert que chez l’enfant apprenant, a favorisé l’identification des différents processus cognitifs en jeu dans une tâche d’écriture. L’étude de ces processus a permis de mettre en exergue le coût cognitif qu’ils représentent lors de leur mise en oeuvre simultanée, notamment pour l’enfant apprenti-scripteur. Toutefois, si ces questions ont beaucoup été étudiées en production écrite conventionnelle, l’apparition et le développement ces vingt dernières années des nouveaux outils de communication, ainsi que des nouvelles formes d’écriture qui en découlent, donnent l’occasion d’étudier l’orthographe d’une façon inédite. L’une des principales caractéristiques de l’écriture SMS (eSMS) est l’utilisation de formes orthographiques non conventionnelles (e.g., Slt pk tu menvoi ce mess ? Biz). Produire ces formes d’écrit spécifiques peut sembler, au premier abord, plus simple et plus facile que celles de l’écriture conventionnelle. L’objectif de ce travail de thèse est donc de démontrer l’existence d’un coût cognitif de la production des processus spécifiques de l’écriture SMS chez les novices et de leur automatisation avec l’acquisition d’une expertise. Dans le cadre d’une épreuve d’écriture de SMS, nous avons fait varier, d’une part, le degré d’expertise des participants dans la pratique du SMS et, d’autre part, l’attention qu’ils pouvaient porter à cette tâche grâce à diverses variations du paradigme expérimental de la double tâche. Les résultats des différentes études expérimentales montrent que la production des processus spécifiques de l’eSMS présente un coût cognitif, comme ceux de l’écriture conventionnelle. Ce coût est particulièrement élevé chez les utilisateurs novices, et s’observe essentiellement en fin de message. Les processus spécifiques de l’eSMS s’automatisent ensuite avec l’acquisition d’une expertise.

Mots clés : Écriture SMS – Coût cognitif – Production écrite – Processus contrôlés – Processus automatisés – Double tâche

Lieu(x) :
MdR, salle D29

 

Vers page d'accueil de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

 

 

Unité de Recherche Interdisplinaire Octogone-Lordat EA4156

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page