Accueil > Thèses/HDR > Thèses soutenues

Soutenance de thèse : Nelly Goutaudier "Prématurité : Vécu Maternel, Etat de Stress Posttraumatique et Dépression du Postpartum"

le 25 novembre 2013
14h

Jury :
Stacey CALLAHAN (PR Université Toulouse-II le Mirail)
Henri CHABROL (PR Université Toulouse-II le Mirail)
Gregory MICHEL (PR Université Victor Ségalen, Bordeaux 2) : rapporteur
Joel SWENDSEN (PR Université Victor Ségalen, Bordeaux 2) : rapporteur

Résumé
La prématurité est aujourd’hui un problème majeur dans le domaine de la santé publique.  Si le devenir de l’enfant prématuré a fait l’objet de nombreuses études, l’impact de la naissance avant-terme sur la mère est encore trop peu étudié.  Le but de ce travail est de combler un manque de données empiriques concernant le vécu maternel et la survenue de troubles psychopathologiques consécutifs à l’expérience de l’accouchement prématuré.
Etude 1- Objectif : Explorer par le bais d’une approche mixte alliant mesures qualitatives et quantitatives, le vécu maternel  dans les premières semaines post accouchement (N=33). Résultats : le traumatisme de  l’accouchement prématuré et de la césarienne, un sentiment de culpabilité, une anxiété et une ambivalence envers l’enfant et l’équipe médicale ont été rapportés. Des difficultés dans l’établissement du lien mère-enfant et dans l’accès au rôle de mère ainsi que l’importance du partage d’expérience avec des femmes ayant accouché avant-terme ont également été identifiés. Enfin, des signes de dépression postnatale et de stress posttraumatique ont été relevés.
Etude 2- Objectif : Examiner la prévalence de femmes développant un probable état de stress posttraumatique (ESPT) et examiner les variables associées (N=219). Résultats : 53% des participantes ont rapporté un score à l’IES-R indiquant un probable ESPT. La présence de symptômes de dépression postnatale (ß = 0,40, p< 0,05), de difficultés pendant la grossesse (ß= 0,20, p< 0,05), la perception maternelle de l’enfant comme étant vulnérable (ß = 0,17, p< 0,05), l’insatisfaction de la grossesse (ß = -0,13; p< 0,05) et des cognitions maternelles mal-adaptées (ß = -0,12, p< 0,05) étaient indépendamment associées à l’intensité des symptômes d’ESPT.
Etude 3- Objectif : Proposer des profils psychopathologiques basés sur les troubles anxieux et la dépression postnatale et voir l’impact de ces symptomatologies sur les relations mères-enfants (N=110). Résultats : 3 profils de femmes ont été identifiés: les parturientes au profil « dépressif », « faible niveau de symptômes » et les mères du groupe « dépressif anxieux traumatisé ». Nos résultats démontrent également une forte comorbidité entre troubles anxieux et dépression postnatale ainsi que l’influence négative des symptômes de dépression postnatale sur le lien mère-enfant.
Etude 4- Objectif : Examiner la prévalence de femmes développant une potentielle dépression postnatale et explorer le rôle des variables individuelles et interpersonnelles dans la survenue de ce trouble (N=181). Résultats : 64,3% des femmes de l’échantillon ont rapporté un score à l’EPDS indiquant une possible dépression postnatale. Le placement de l’enfant sous assistance respiratoire (ß = 0,23, p< 0,05), le type de prématurité (ß= 0,16, p< 0,05), et la baisse de la qualité de la relation conjugale (ß = -0,39, p< 0,05) étaient indépendamment associés à l’intensité des symptômes de dépression postnatale.

Mots-clés : Prématurité, vécu, état de stress posttraumatique, dépression postnatale, anxiété


Lieu(x) :
MdR, salle D29

 

Vers page d'accueil de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

 

 

Unité de Recherche Interdisplinaire Octogone-Lordat EA4156

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page