• Recherche,

Séminaire Octogone-Lordat : Focus sur des travaux de recherche à l’Institut Supérieur d’Orthophonie (Beyrouth, Liban)

Publié le 8 février 2021 Mis à jour le 11 février 2021
le 5 mars 2021
14h - 16h
Séminaire en visio. Inscrivez vous ici




L'URI Octogone-Lordat collabore avec l'Institut Supérieur d'Orthophonie de l'Université Saint-Joseph à Beyrouth dans le cadre d'une convention recherche sur l'aphasie chez le bilingue. Ce séminaire est consacré à la présentation de recherches en cours à l'ISO. 




Programme du séminaire :

14h-14h30 : Selma Saad Merouwe (ISO, Université Saint Joseph et Department of psychology and speech-language pathology, Turku University) : Les dysfluences verbales des enfants bilingues

14h30-15h : Rachel Fiani (ISO, Université Saint Joseph): La narration au Liban : Compréhension et Production d’un récit chez les enfants bilingues Libanais-Français

15h-15h30 : Maria Zakaria (ISO, Université Saint Joseph : Adaptation et standardisation du « Bilingual Aphasia Test » libanais


Résumés :

Les dysfluences verbales des enfants bilingues (Selma Saad Merouwe) :
Plus que la moitié de la population mondiale est bilingue, mais les recherches relatives à l’évaluation du bégaiement se sont principalement intéressées aux monolingues. Notre compréhension des manifestations du bégaiement chez les bilingues est donc limitée.
Il s’avère toutefois important de savoir si l’exposition précoce à plusieurs langues aurait un impact sur la fluence des enfants. Selon certains auteurs, ceux exposés à plusieurs langues seraient plus à risque de développer un bégaiement (Howell et al., 2009). Néanmoins, ces résultats sont rares, ce qui pousse à conclure qu’il n’y aurait pas de recherche fiable pouvant confirmer ou infirmer ce postulat.
La littérature nous apprend par contre que les enfants bilingues seraient plus susceptibles d’expérimenter un niveau élevé d’incertitude linguistique, pouvant engendrer une production élevée de dysfluences (Byrd et al., 2015). En effet, des études pilotes menées auprès d’enfants bilingues tout-venant montrent qu’ils produisent plus de dysfluences que ce qui serait indicatif de bégaiement chez les monolingues (Byrd et al., 2015 ; Eggers et al., 2020). Ceci pourrait les mettre à risque d’être sur-diagnostiqués de bégaiement si l’on suit le critère diagnostique établi sur les monolingues.
C’est dans cette optique qu’est mené ce projet. Son but principal est de mieux comprendre les caractéristiques interlinguistiques pouvant distinguer les enfants bilingues qui bégaient et ne bégaient pas de leurs pairs monolingues en vue de revisiter les critères diagnostiques utilisés à l’échelle internationale.  
Durant cette présentation seront abordés le cadre théorique et quelques résultats préliminaires en lien avec le travail mené sur le terrain Libanais. 

La narration au Liban : Compréhension et Production d’un récit chez les enfants bilingues Libanais-Français (Rachel Fiani)
Depuis un certain nombre d’années, la littérature scientifique s’intéresse à la narration, le récit étant prédictif à long terme des capacités langagières, scolaires, et sociales des enfants. Au Liban, les questions que suscite l’analyse des récits sont vastes, vu le manque de données scientifiques et d’outils d’évaluation de la narration adaptés à la population libanaise plurilingue. Dans cette présentation, nous exposerons les études entreprises à l’Institut Supérieur d’Orthophonie (USJ) qui ont permis de recueillir les premières données développementales relatives à la macrostructure narrative (en production et en compréhension) à travers la passation de l’outil MAIN (Multilingual Assessment Instrument for Narratives, Gagarina el al., 2012) auprès d’enfants libanais âgés de 4 à 9 ans. Les résultats obtenus en libanais et en français ont été comparés et analysés en relation avec la dominance linguistique, le vocabulaire, et la fréquence d’exposition aux histoires. Ces études n’ont pas révélé de différences inter-langues ou d’effet de la dominance linguistique, mais ont montré un effet du vocabulaire sur le développement narratif, et un effet de la fréquence d’exposition aux histoires uniquement en compréhension. Les études effectuées au Liban sont prometteuses et permettent une meilleure compréhension du développement narratif en milieu plurilingue, améliorant ainsi l’évaluation et de la rééducation du langage oral des enfants au Liban.

Adaptation et standardisation du « Bilingual Aphasia Test » libanais (Maria Zakaria)
Au Liban, les orthophonistes font souvent face à des sujets aphasiques multilingues. Ces derniers présentent des troubles langagiers dans toutes les langues apprises (Paradis, 2001).
Les sujets bilingues atteints d’aphasie présentent des déficits plus importantes dans une langue plus que dans l’autre (Verreyt et al., 2013) d’où l’évaluation constitue un défi majeur compte tenu de l’hétérogénéité clinique et de la variabilité des contextes et des pratiques linguistiques.
Le « Bilingual Aphasia Test » (BAT) (Paradis et Libben, 1987) est conçu pour permettre l’évaluation du langage de l’aphasie bilingue en mesurant les habiletés linguistiques préservées dans chaque langue. Il est formé d’un nombre équivalent d’épreuves et d’items basés sur les mêmes domaines linguistiques.
L’objectif de ce projet est la standardisation du BAT afin d’assurer un bon diagnostic, un projet thérapeutique ciblé et personnel ainsi qu’une prise en charge adaptée et donc une meilleure qualité de vie (Koleck et al., 2017).
Plusieurs sujets de recherche ont pu être développées grâce à ce projet : 4 études pilotes ont été déjà réalisées et 3 autres études sont en cours de préparation.
Au cours de cette présentation, nous aborderons le cadre théorique, le contexte, la méthodologie, les résultats préliminaires des études déjà faites ainsi que l’évolution et les difficultés rencontrées au cours du travail. De même, nous exposerons les différents axes de travail prévus sur le terrain Libanais.